previous arrow
next arrow
Slider

Simone Mary Bouchard et Louise Gadbois (Monique Brunet-Weinmann)

$14.95$26.97


L’analyse de nombreux tableaux par l’historienne de l’art Monique Brunet-Weinmann conduit à examiner les dénominations «art naïf», «art populaire», «art primitif» qui qualifie la peinture de S.M. Bouchard. Histoire de l’art du Québec antérieure au Refus global. Correspondance et reproductions des deux artistes.

Effacer

Description


Simone Mary Bouchard et Louise Gadbois (Monique Brunet-Weinmann)

L’art naïf dans la modernité

Les destins de Louise Gadbois (1896-1985) et de Simone Mary Bouchard (1912-1945) se sont croisés au Moulin César dans le Comté de Charlevoix durant l’été 1941.

Ce texte est la première étude consacrée spécifiquement à l’art de Simone Mary Bouchard, rangée habituellement parmi les peintres populaires de Charlevoix.

L’auteur a bénéficié d’un accès à des documents inédits : lettres de Mary à Louise Gadbois, journal personnel et photographies de Louise Gadbois, archives de la famille Bouchard. Ces témoignages directs permettent une narration très vivante et datée des événements et des tableaux.

À partir des anecdotes biographiques, l’auteur contribue à éclairer la décennie de l’histoire de l’art du Québec antérieure à Refus global, celle qui correspond à l’existence de la Société d’art contemporain et comprend les années de guerre. C’est précisément Louise Gadbois qui a introduit la jeune artiste parmi les Indépendants de la Société dont elle était un membre fondateur, la faisant admettre comme membre dès novembre 1941. Elle a collectionné une trentaine de ses oeuvres, et continué à la faire reconnaître bien après sa mort, survenue dès 1945.

L’analyse de nombreux tableaux conduit à examiner les dénominations «art naïf», «art primitif», «art populaire», qui qualifient tour à tour la peinture de Simone Mary Bouchard. Au-delà des catégories, l’auteure souligne que cet art était inclus à part entière parmi l’art moderne des Indépendants, et ce faisant réserve à l’artiste de Charlevoix une place de choix parmi les femmes artistes du Québec.

L’auteure
Monique Brunet-Weinman

COUVERTURE MÉDIATIQUE

« Il faut savoir gré à l’auteure de proposer une démarche originale pour éclairer le chevauchement , dans les années 1940, de deux catégories qui sont d’ordinaire considérées séparément : l’art naïf ou populaire d’une part, et l’art moderne d’autre part. […] L’ouvrage a le mérite d’explorer et d’éclairer une facette jusqu’ici négligée de l’histoire culturelle du Québec. »
Paul Bennett – Le Devoir, 21 et 22 novembre 2009

« On ignorait avant le livre de Monique Brunet-Weinmann que c’est la peintre Louise Gadbois qui a entraîné la plus talentueuse des sœurs Bouchard, Mary, dans les cercles de l’avant-garde de l’époque. [Celle-ci] atteint un troublant sens du merveilleux tant son imagination est féconde. Le livre nous fait découvrir les Paysages de Louise Gadbois. »
René Viau – Vie des Arts, Hiver 2009-2010

« Même si ce n’est pas à proprement parler un livre savant, on en apprend beaucoup, mais pas de manière abstraite puisque l’auteure a su y inscrire un climat.
Plus, il y a une heureuse alternance entre la dimension biographique qui se lit comme un roman, l’histoire de notre société d’alors et l’analyse des œuvres de Simone Mary Bouchard et de Louise Gadbois. »
Robert Bernier – Parcours Art et art de vivre, printemps 2010

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions ND
Copie

,

ISBN

ISBN - Version électronique

Nombre de pages

Bienvenue chez Marcel Broquet, La Nouvelle Édition - Boutique en ligne de livres numériques et livres papier Ignorer